Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 83

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 144

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 145

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 146

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 147

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 148

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 149

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 150

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 151

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 152

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 153

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 154

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 155

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 156

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 157

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 144

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 145

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 146

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 147

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 148

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 149

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 150

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 151

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 152

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 153

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 154

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 155

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 156

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 157

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 144

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 145

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 146

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 147

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 148

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 149

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 150

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 151

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 152

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 153

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 154

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 155

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 156

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/www/boeri/new/mainfile.php on line 157
Forum de Monaco - Blog Daniel BOERI et actualite de Monaco
 
 
Bienvenue sur Forum de Monaco - Blog Daniel BOERI et actualite de Monaco
Recherche
Accueil · Mon Compte · Forums · FAQ
 
 

 
Catégories


 

 
NIM



 

 
Login

Surnom/Pseudo

Mot de passe

Vous n'avez pas encore de compte ?
Enregistrez vous !
En tant que membre enregistré, vous bénéficierez de privilèges tels que: changer le thème de l'interface, modifier la disposition des commentaires, signer vos interventions etc.

 

 
Qui est en ligne ?

Il y a pour le moment 66 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.

Vous êtes un visiteur anonyme. Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en cliquant ici.

 

 
Sondage / Vote

Êtes-vous d’accord pour l’interdiction du commerce du thon rouge ?

Oui
Non



Résultats
Sondages

Votes: 1120
Commentaires: 1084

 

 
 
   RechercherRechercher   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Monaco ...demain ? Ressourcer notre logiciel

 
Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    www.danielboeri.com Index du Forum -> Edito du 20 février - Monaco ...demain ? Ressourcer notre logiciel
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Daniel
Site Admin


Inscrit le: Oct 09, 2007
Messages: 310
Localisation: Monaco

MessagePosté le: Lun Fév 23, 2009 6:40 pm    Sujet du message: Monaco ...demain ? Ressourcer notre logiciel Répondre en citant


Monaco ...demain ? Ressourcer notre logiciel


Il y a un an, les monégasques ont reconduit la majorité sortante pour une nouvelle législature. Je voudrais ici présenter quelques observations.

Cette première année a montré des aspects positifs et des côtés carrément négatifs, dans les relations entre le gouvernement et le conseil national.
Côté positif, il y a eu la recherche du consensus qui est la colonne vertébrale de notre démocratie.
Toutefois, cela ne s’est pas fait sans mal. Il a fallu un grand sens des responsabilités de nos conseillers nationaux, majorité et opposition, pour maintenir le consensus alors que le budget primitif 2009 ne tenait aucun compte de la réalité économique mondiale. Le gouvernement, de son côté, a donné quelques gages de dernière minute, du moins en apparence, à la majorité.

En votant le budget, quel que soit le vote des uns et des autres, le conseil national n’a pas rajouté une crise de confiance à la crise économique. Le consensus a fonctionné, mais sur la forme et non dans l’esprit.
Il n’empêche que le budget n’est pas satisfaisant. Etabli avant la prise de conscience de l’acuité de la crise, le gouvernement n’a pas cru revoir sa copie. Cette conduite ancestrale souligne le versant négatif des pratiques gouvernementales : « le budget n’apparaît être qu’un exercice obligé et constitutionnel, …mais bon, on verra bien ce qui se passera ensuite… ». La parole du conseil national est prise en compte comme un pis-aller, une contrainte ; puis les choses continuent comme avant. Cette pratique existait à l’âge de pierre, où seul le réel comptait. Il se trouve que certains s’en sortaient bien et d’autres pas ; l’effort de la science économique fut donc porté sur la qualité de la prévision pour, non seulement piloter l’économie, mais faire des choix et les optimiser.
La crise est l’occasion de changer cette pratique. Nous sommes sans doute les seuls au monde à avancer les yeux bandés. J’avais proposé de mettre progressivement en place un Accord Cadre de Législature qui, loin d’être un carcan permettait d’éclairer les choix budgétaires et surtout de donner une lisibilité à l’action du gouvernement. Il convient de changer cette « démarche pompier », qui donne la priorité au seul court terme, pour donner au budget son caractère majeur « d’ardente obligation » ; encore plus, parce qu’il y a …demain.

Demain, c’est déjà aujourd’hui. Le monde traverse une crise économique, la plus forte depuis un siècle. Il ne s’agit pas d’une simple « bulle » ; personne n’est en mesure d’en prédire la fin. Ce gouffre, qui touche tous les pays va impacter globalement Monaco, car le politique va accompagner l’économique.
Nous ne pouvons rester passifs, profitons de cette situation pour ressourcer notre logiciel. Ce qui marchait bien avant ne plus fonctionnera plus à l’identique.
C’est l’occasion d’un effort collectif pour revisiter, à la fois, nos objectifs, nos pratiques, nos comportements et nos règles, sans faux semblants.
Cinq domaines clés sont à réinventer, tranquillement, mais sûrement.



1 – L’attractivité de Monaco

Monaco se doit de redéfinir sa nouvelle « compétence distinctive » et de développer ses atouts. Pour cela, il convient de revoir la place que Monaco doit tenir dans le monde qui va sortir de la crise. Que se passera- t- il si nous ne changeons pas ? A quelles conditions attirer à Monaco des activités commerciales, à valeur ajoutée et de recherche, et lesquelles? Comment assurer notre développement ? Mais aussi, évidemment, quel nouveau tourisme va naître et comment répondre à la concurrence ? Bref, il s’agit de redéployer un nouveau savoir faire.

2 – L’impact de la crise mondiale sur la fiscalité

Les gouvernants mondiaux sont désemparés. Les plans de relance succèdent aux plans relance. Tous tâtonnent et doivent rassurer leurs citoyens. Comme toujours, la recherche de boucs émissaires symboliques sera le palliatif à l’absence de solutions concrètes. Déjà les bonus et les salaires des dirigeants sont jetés en pâture morale au bon peuple. Certes, ceux qui ont causé la crise, doivent être sanctionnés. Mais, il faut être clair, en dehors de leur caractère « marketing » ces effets d’annonce n’apportent en rien une solution à la crise actuelle. Il convient d’être vigilant et pro actif. Déjà, notre voisin réclame à l’envie la fin des « paradis fiscaux » et, même si nous n’en sommes pas un, nous devons être prêts à y répondre, car nous avons de réels atouts économiques et fiscaux à faire valoir. La crise oblige à changer de paradigme, faisons-le et avançons sereinement. Revisitons nos pratiques fiscales, quand bien même la fin des « paradis fiscaux » ne pourrait être qu’une « montagne qui accouche d’une souris ». Qui peut croire, en effet, que les fonds qui y sont placés dorment dans des coffres attendant l’érosion de l’inflation ? Ceux-ci sont déjà placés dans l’économie mondialisée, les états n’y gagneront donc, à la marge, que des recettes fiscales. Nous sommes très loin des questions de solvabilité qui se posent au monde. Mais, la politique nous conduit à nous repositionner et nos atouts ne sont pas minces pour gagner des contreparties.

3 – L’emploi

Notre bassin d’emplois représente près de 50000 salariés. Déjà, le secteur industriel est touché de plein fouet. Cela a commencé par les intérimaires et le chômage partiel.
Quelle est notre politique de l’emploi pour ces temps nouveaux ? Il est à craindre que la fameuse « place financière » dont certains pensaient faire dépendre l’avenir de l’emploi a, c’est bien le moins, du plomb dans l’aile.
Là encore : quels nouveaux emplois voulons nous créer ? Comment accueillir les nouveaux salariés ? Comment leur offrir un toit, des loisirs etc. ? Voilà un vaste chantier ! En effet, s’il convient de défendre le secteur industriel, la logique économique est intraitable, l’avenir de l’industrie en général passe par des gains de productivité ou par des délocalisations dans des pays à faible coût de main d’œuvre, Quels métiers vont s’y substituer ?

4. Les retraites.

Accéléré par le point précédent, l’avenir des retraites est aujourd’hui directement remis en cause. C’est socialement insupportable. Un premier emploi aujourd’hui ne touchera pas sa retraite dans 40 ans. Notre système doit impérativement et rapidement être revisité, nous n’avons que trop tardé sans rien anticiper. L’équilibre instable entre recettes et dépenses va vite conduire à des déficits chroniques, accélérés par les pertes d’emplois actuelles. Les décisions sur les retraites n’ayant que des impacts à moyen et long terme, il convient de s’y atteler au plus tôt.

5. L’extension en mer

Aujourd’hui suspendue, l’extension en mer reste une perspective forte pour Monaco. C’est une condition de notre développement, comme ce fut le cas pour Fontvieille en son temps. Certes, la période critique que nous vivons, change la donne. Nous devons en profiter pour parfaire les critères de sélection des projets. D’ailleurs, la judicieuse présentation de quatre d’entre eux au Grimaldi Forum justifie que cette sélection soit beaucoup plus transparente qu’elle ne l’a été jusque-là. Il s’agit d’un enjeu majeur pour les générations futures et l’occasion de montrer au monde que développer l’écologie n’est pas incompatible avec l’économie, d’’autant que l’argent est là.


La présente crise est l’occasion de remettre à plat nos ambitions. Nos actions, jusque là pleines de succès, doivent être revisitées, comme nos pratiques. Bref, il s’agit d’inventer une nouvelle voie, plus transparente et plus partagée, et ouverte sur le monde nouveau qui va naître.

Daniel BOERI
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur
réalité
Invité





MessagePosté le: Lun Fév 23, 2009 11:34 pm    Sujet du message: Répondre en citant

1 – L’attractivité de Monaco
- En baissant les prix ? Comment faire à répercuter avec les coûts des loyers ?
- Laisser des prix élevés pour n'attirer qu'une catégorie de personne ?

2 – L’impact de la crise mondiale sur la fiscalité
- Comment on appelle un pays où il n'y a pas d'impôt ?
- Comment on appelle un pays où lorsqu'on crée des comptes bancaires, seule une carte d'identité suffit ?
- Comment on appelle un pays où plutôt que de déposer de l'argent en banque on le place dans l'immobilier sans éveiller des soupçons ?

3 – L’emploi
Le secteur industriel ne fait pas travailler les monégasques.
- Pourquoi se refuse t-on à publier les chiffres du chômage des monégasques ?
- Pourquoi le Service de l'emploi évite d'inscrire les nationaux au chômage ?
- Pourquoi des monégasques plus ou moins diplômés, motivés de travailler, consciencieux et sérieux sont toujours sans emploi ?
- Pourquoi leur propose t-on des petits boulots de merde alors que des étrangers décrochent des emplois au delà de leurs facultés mentales ?

4. Les retraites.
- Pourquoi il y a de moins en moins de titularisations à la fonction publique ?
- L'Etat ne veut plus payer d'avantage de retraites aux monégasques ?

5. L’extension en mer
- Quelle catégorie de personne cela va t'il attirer ?
- Pourquoi autant de milliardaires à Monaco si ce n'est pas un paradis fiscal ?
- La France nous oblige t-elle à penser comme elle le souhaite ?
Revenir en haut
Invité






MessagePosté le: Mar Fév 24, 2009 10:37 am    Sujet du message: Répondre en citant

Il est difficile d'adhérer aux développements du post juste au dessus, même s'il faut reconnaître la nécessité d'une "nouvelle frontière", dont celle contenue dans le discours de l'avènement avait motivé tout contemplateur.


1. Lifestyle

Si la principauté de Monaco attire aujourd'hui des milliardaires, c'est en partie en raison de son "lifestyle", et nous devons beaucoup à notre famille princière sur ce point.

Les acteurs économiques de ce « lifestytle » sont l’hôtellerie, la restauration et le commerce de luxe.

1.1 Une nouvelle philosophie de vie

Le "lifestyle" implique que les acteurs économiques qui y concourent soient sans cesse entrain d’innover. Monaco peut rester un vecteur de luxe, et l'image de notre souverain dans le monde offre à ce « lifestyle » une alternative charitable et novatrice tout à fait intéressante.

1.2 De nouveaux horizons

Le savoir faire de la SBM à l’étranger ? yes of course ! mais pas d’étrangers dans le capital social de la SBM.

Citez-moi cinq restaurants monégasques dans lesquels vous avez plaisir à aller dîner en semaine (hors établissements rattachés à des hôtels).

1.3 Le commerce de luxe

S’agissant du commerce de luxe, avouons que Monaco perd de la vitesse, au point que certaines enseignes l’on supprimée de leur « parcours ». Sans doute que les modalités d'installation d'une activité sur le territoire monégasque ou encore les espaces commerciaux disponibles y sont pour beaucoup.


2. La nécessaire transparence de l’Administration

2.1 Développer une culture de l’accueil

Ainsi, il est nécessaire de soigner le contact des étrangers avec l’administration monégasque, et franchement, le choc avec la culture administrative monégasque a pu conduire - les professionnels le savent - à des vexations auprès de gens qui n’ont pourtant pas l’habitude de se fâcher.

Nous vivons dans une économie globale, et face à cette internationalisation, il convient de faire l’effort de bien accueillir les gens et d’adopter un langage transparent.

2.2 L’éthique, encore !

Le chantier de notre administration passe aussi par l’éthique. Les évènements de ces derniers temps m’amènent à personnaliser ma réflexion pour dire que comme beaucoup j’espère des conséquences pour les personnes visées.

3. De nouveaux défis d’urbanisme

Il pourrait être tout à fait intéressant de développer la capacité d’accueil sur le territoire monégasque par une réflexion urbanistique majeure.

L'extension en mer? tout le monde s'accorde pour dire qu'elle s'impose mais pas à n'importe quel prix, et certainement pas au moyen d'un marché privé!

3.1 Réfléchir aux infrastructures

Compte tenu de l’essor de ces dernières années, il urge de réfléchir aux infrastructures qui s’imposent, mais avec la participation de la population.

3.2 Penser la cité-état

Monaco manque d’appartements, de bureaux, d’espaces d’activités (dont pépinière d’entreprises), de locaux commerciaux dans le carré d’or.

Des propositions concrètes ?

Une tour à la place du Sporting d'hiver avec une magnifique galerie commerciale sur plusieurs niveaux. Voulez-vous vraiment d'une pièce montée de quelques étages seulement à la gloire de la belle époque sur le meilleur emplacement de notre état?

Pourquoi par exemple autoriser les agences immobilières n’ayant qu’une activité de courtage ou employant moins de 5 personnes à occuper des locaux en rez de chaussé d’artères commerciales ?

Il en est de même pour les banques qui se sont accaparées des plus beaux espaces commerciaux disponibles au détriment de toute forme de convivialité.

Ces réflexions vous gênent quant à l’interventionnisme qu’elles impliquent ?


4. Quelle place financière ?

Le secteur tertiaire monégasque qui s’est développé ces dernières années démontre aujourd’hui toute sa stérilité.

Le « private banking » vend des solutions que même les compagnies d’assurance ont fini par vendre.

Pour autant, les établissements financiers monégasques ont-ils su offrir de nouveaux horizons à la magnifique clientèle qu’ils ont développée ? L’activité bancaire monégasque rappelle le rituel avec lequel l’on va prendre le thé chez une vieille Lady.

Soyons plutôt cette vieille Lady éprise de pop art, et développons le « private equity », la banque d’affaires ou même l’affacturage !

5. La Fiscalité monégasque en danger ?

Monaco n'est pas un pays à fiscalité privilégié au sens de la règlementation fiscale française.

Se préoccuper modérément aussi longtemps qu'il n'y aura pas une politique fiscale unique au sein de l'Union européenne.

Les professionnels disent aussi que l'existence d'un impôt sur le revenu n'est pas un mal indispensable.

Plus préoccupante en revanche la montée en force de la Tchéquie, qui quand à elle attire des personnes morales (la société de droit européen, cela dit quelquechose à quelqu'un?), tandis que Monaco n'a pas su faire profiter de son attractivité pour les "headquarters".

6. La fuite des cerveaux ?

Pas exactement. Ceux-ci sont plus exactement pourchassés.

Revenir en haut
Invité






MessagePosté le: Mar Fév 24, 2009 2:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

La "Lifestyle"

La "Lifestyle", comme citée plusieurs fois ci-dessus, attire surtout par le fait de la réglementation fiscale de notre pays. En attirant les clientèles les plus fortunées de la planète à venir habiter Monaco, cela à contribuer à développer sa renommée mondiale.

Je vois mal des milliardaires habiter Monaco sans qu'il y est le moindre intérêt fiscal et pour juste appartenir à une certaine classe sociale en se faisant remarquer dans les plus prestigieux restaurants.

Quelle est ma classe sociale :
Je vais surtout dans de petits restaurants "pas chers" où l'on mange pourtant très bien (difficile de trouver à Monaco).

La transparence de l’Administration

On en vient sur le sujet du gros chantier de l'administration, la transparence.
Et je rejoins votre réflexion au sujet de l'éthique, car je pense qu'il y a vraiment un très gros travail en profondeur à réaliser.

De nouveaux défis d’urbanisme
Oui tout à fais, si cela respecte l'environnement...
Et pour quelle classe sociale ?
Cela serait bien, par exemple, que les monégasques puissent accéder au quartier du Larvotto dans des locations pas très élevées...
Et sur l'extension en mer, si location devaient y avoir, les Domaines seraient ils présent ? A quel prix ?

La place financière
On en doit pas connaître les mêmes banques. de la à comparer les produits des assurance et ceux proposées par de grandes banques, il n'y a pas photo. La diversités des produits du marché est immense.
Les banques d'affaires sont bien sûr présentent à Monaco, on a le cas de UBS, qui fait parler d'elle en ce moment et une autre, par exemple, vers les "Allées Lumières" de la Costa.
Je ne pense pas non plus qu'il y seulement 2 banques d'affaire.

La Fiscalité monégasque
Monaco fait parti du conseil de l'Europe mais en aucun cas à l'Europe.
Revenir en haut
Invité






MessagePosté le: Mar Fév 24, 2009 4:34 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je vous assure que les compagnies d'assurances proposent des sicav aux performances similaires à celles proposées par les banques présentes.


Quant aux banques d'affaires que vous citez, avez-vous la certitude qu'elle agisse en tant que telles depuis Monaco?
Revenir en haut
Invité






MessagePosté le: Mar Fév 24, 2009 11:23 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Oui, oui, les SICAV monétaires, ça, tout le monde en a. Il n'y a rien de plus basic.
En produits diversifiés vous avez les actions, obligations, convertibles, fonds diversifiés... Les assurance peuvent en proposer mais pas autant que certaines banques.

Ces 2 grosses banques Suisse ont bien le statut de banques d'affaires et d'investissements, si on fait une recherche internet, mais je n'ai pas mené une enquête approfondie vu que je ne suis pas leur client, je ne suis qu'un monégasque pauvre à comparer avec d'autres !
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    www.danielboeri.com Index du Forum -> Edito du 20 février - Monaco ...demain ? Ressourcer notre logiciel Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous pouvez poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
 
 

Forums ©